Les raisons du Brexit

Durant la campagne référendaire sur le maintien ou la sortie du Royaume-Uni (RU) de l’Union européenne, 3 arguments ont été largement utilisés par les partisans du Brexit : le RU n’est pas une économie européenne, la crise des réfugiés va engendrer une immigration massive, la contribution du RU à l’Europe est injuste. Les données confirment-elles ces raisons du Brexit ?

Thierry Warin https://www.nuance-r.com/principalInvestigator.html (HEC Montréal & Cirano (Montréal))
06-12-2020

Table of Contents


Le Royaume-Uni est-il une économie européenne ?

Les leaders du discours pro Brexit ont affirmé que l’économie du RU n’était pas une économie européenne. Ils arguaient que les échanges économiques se faisaient majoritairement avec les USA et donc qu’un accord de libre-échange avec les États-Unis serait suffisant pour faire continuer l’économie du RU. Voici par les données concernant les exportations et les importations du RU.
- 46% des exportations vont vers l’UE. 16% vers les USA. 6% vers la Chine.
- 50% des importations viennent de l’UE. 10% des USA. 9% de la Chine.

Donc au niveau des importations et exportations totales, le RU est une économie européenne.

Exportations du RU

Importations du RU

Flux d’import/export

Ajouter ici le graphique qui présente les pays en colonne à droite et à gauche.

Flux des Investissements Étrangers Directs entrants

L’investissement étranger direct (Foreign Direct Investments ou FDI en anglais) fait référence aux flux de capitaux propres d’investissement direct dans une économie. Les entrants représentent les transactions qui augmentent ces investissement étrangers, moins les transactions qui le diminuent.
Ceux des USA ont été très variables dans les dix dernières années. Souvent, les entreprises étrangères vont trouver plus facile de s’installer au RU en terme de proximité culturelle, administrative et juridique. Mais elles investissent pour avoir accès au marché commun européen.

Flux des Investissements Étrangers Directs sortants

En résumé, les données démontrent les faits suivants:
- L’UE est le marché de destination le plus important pour les produits et les services britanniques.
- Le RU est très dépendant de l’UE : un déficit commercial de US$ 151 milliards en 2015 (calculer ce chiffre en 2019)
- Les exportations vers les USA sont ¼ des exportations vers l’UE
- Les importations depuis les USA sont 1/6 des importations de l’UE
- Le RU représente 4,9% (calculer et arrondir ce chiffre en 2019) des exportations de marchandises des USA (20,8% vers l’UE-27 idem)

L’économie britannique est une économie européenne.

Immigration

L’équipe CIRANO a collecté des tweets à propos de la crise des réfugiés. 2 pays se sont démarqués dans cette étude de part le nombre de tweets liés à cette crise: le RU et l’Italie. Or, s’il y a beaucoup de réfugiés qui arrivent en Italie, ce n’est pas le cas du RU qui ne fait pas partie des pays signataires de l’accord Schengen. Cet accord permet aux personnes qui ont l’autorisation de rentrer dans un pays signataire de se déplacer dans tous les autres pays signataires.

Le discours sur l’afflux de réfugiés au RU a été très important durant la campagne Brexit. Or le RU n’a jamais fait partie de l’espace Schengen. Sa sortie de l’UE n’aura pas d’impact sur ses procédures d’immigration.

La contribution du RU à l’Europe est injuste

Les contributions à l’UE se font par pays. Par contre, les dépenses se font par programmation comme par exemple un programme sur l’innovation. Même s’il y a du lobbying des pays, l’argent n’est pas destiné à un pays en particulier. Si on regarde le diagramme des dépenses de l’UE par pays, on voit que la France reçoit 2 fois plus que le RU. C’est notamment dû à la Politique Agricole Commune dont la France reçoit une grande part. Or la France est deux fois plus grande que l’Allemagne et presque 3 fois plus grande que le RU.

Solde budgétaire : les pays en négatifs sont ceux qui contribuent plus qu’ils ne reçoivent. Les gros contributeurs sont l’Allemagne, le RU, la France et l’Italie. C’est avec cet argent que les dépenses sont décidées.

Mais il faut aussi tenir compte de la « correction britannique » qui est en place depuis les années 80. Ce sont des pays qui vont donner directement de l’argent au RU pour compenser les contributions du RU au budget européen. En 2019, si on accumule ces montants de tous les autres pays, le RU reçoit un montant d’environ 5 milliards. Si on indiquait ce montant dans le solde budgétaire du RU, on aurait une contribution de 2 milliards et non de 5 milliards.

Dépenses de l’UE





Contributions par pays





Solde budgétaire





La correction britannique





Tools

This section provides access to the resources that were used to create this article.

Reuse

Text and figures are licensed under Creative Commons Attribution CC BY 4.0. The figures that have been reused from other sources don't fall under this license and can be recognized by a note in their caption: "Figure from ...".

Citation

For attribution, please cite this work as

Warin, "Data Science for International Business: Les raisons du Brexit", ds4ib.org, 2020

BibTeX citation

@article{warin2020brexit,
  author = {Warin, Thierry},
  title = {Data Science for International Business: Les raisons du Brexit},
  journal = {ds4ib.org},
  year = {2020},
  note = {https://ds4ib.org/posts/2020-06-12-brexit-reasons/},
  doi = {10.6084/m9.figshare.12485789.v1}
}